Et oui, déjà un an que mon copain et moi sommes arrivés à Montréal! Ce lundi 18 septembre 2017 commençait une aventure extraordinaire, la plus belle expérience que j’ai pu vivre jusqu’à présent!
Vous êtes de plus en plus nombreux à suivre mes aventures à Montréal, à réagir à mes publications et mes articles, et à songer à vous expatrier. Je suis tellement heureuse d’avoir pu donner l’envie à certains de vivre cette expérience de l’expatriation. C’est tellement enrichissant de partir vivre ailleurs, de sortir de son cocon et s’adapter dans une nouvelle culture et un autre environnement que le sien.

Dans cet article, je vais répondre aux questions qui me sont le plus souvent posées sur les réseaux sociaux et sur le blog ☺ 

Est-ce que j’ai trouvé une job facilement à Montréal? 

Si vous avez suivi mon parcours depuis notre arrivée, vous savez que j’ai eu quelques galères… Pourtant avant de venir au Canada, j’étais sûre de moi sur le côté emplois, étant donné que je travaille dans l’hôtellerie (à la réception) et que c’est un secteur qui recrute énormément à Montréal. Néanmoins, il s’avère que le secteur n’était pas comme en France (et ça je ne le savais pas!). Quasiment tous les hôtels dans lesquels je postulais voulaient m’embaucher (ça c’était la bonne surprise en arrivant ☺ ) Sauf  qu’une autre mauvaise surprise se cachait derrière… L’hiver à Montréal, quand l’hiver arrive, il n’est pas facile de trouver un poste à temps pleins dans l’hôtellerie. J’avais raconté ma galère des débuts dans l’article “Pourquoi j’ai démissionné du poste de mes rêves après un mois”  
Je n’ai donc pas eu d’autres choix que de faire de l’intérim, j’ai eu la chance de travailler 2 mois dans un bureau d’architectes et de designers et cette expérience a était super! Elle m’a ouvert sur autre chose que l’hôtellerie (un secteur dans lequel je baigne depuis 7 ans maintenant!). Puis ça m’a permis de réaliser que l’hôtellerie me manquait. Dès le retour de la haute saison en mai, j’ai postulé dans des hôtels et j’ai été embauchée en tant que réceptionniste dans un hôtel 5*. Aujourd’hui, je suis très épanouie dans mon métiers, j’adore mes collègues et mon travail est très enrichissant. 
Comme quoi il ne faut pas lâcher, malgré les galères du début de PVT, j’ai réussi à rebondir et trouver la job de mes rêves! 

Et niveau logement, est-ce que c’était simple?  

On nous avait dit que trouver un logement à Montréal était super simple… Ouais bon quand même, je n’irai pas jusque là! En 5 ans, j’ai déménagé 3 fois : à Toulouse, puis Montpellier, et à Paris. La recherche d’appartement, je connais bien ça, surtout après l’immense galère que j’ai eu à trouver un logement sur Paris (Big up à tous les parisiens dans leurs 9m² pour 700€) 
Tout ça pour dire qu’à Montréal, beaucoup de nouveaux arrivants se pressent chaque jour, et cherchent des logements. Nous avions un budget de 1000$ tout inclus que nous ne voulions pas dépasser. On a essuyé de nombreux refus car à peine les annonces sortent sur Facebook ou Kijiji, que les biens sont déjà loués, c’est incroyable! On a dû visiter environ 7 logements avant de trouver notre coup de cœur.
Pourtant sur l’annonce il n’y avait pas de photo, le loyer était de 590$/mois avec chauffage et eau chaude. Autant vous dire qu’en allant visiter ce bien, on était mitigé d’avance… Puis lorsqu’on est entré dans l’appartement, GROS COUP DE COEUR! Il était super lumineux, au 3ème étage avec balcon, chambre séparée, buanderie au sous-sol, dans notre quartier favoris de Rosemont, et surtout son loyer aussi bas. Je pense qu’on a vraiment fait l’affaire du siècle 😉 Au final, en rajoutant internet et l’électricité, nous dépensons 700$/mois soit 350$ chacun. Attention ne pensez pas que les logements sont aussi peu chers à Montréal, nous avons vraiment eu de la chance de trouver cette perle rare. La majorité de mes amis en coloc ont une chambre pour 500$ dans le quartier du Plateau. Mais comme quoi il ne faut pas désespérer car on finit toujours par trouver son bonheur ☺ 

Comment s’est passé notre premier hiver? 

On a ADORE!!! Pourtant avant ça, je craignais beaucoup l’hiver étant donné que je viens du sud de la France et que j’ai toujours vécu des hivers assez tempérés. Mais une fois à Montréal, les premiers flocons sont magiques, on se dit “ça y est, c’est parti pour la neige pendant 5 mois!”. Puis j’avais acheté un bon manteau qui résiste à -35°C et des bottes qui résistent à -42°C. Autant vous dire qu’à ma grande surprise, j’étais souvent en tee-shirt sous mon manteau d’hiver. Moi qui pensais que j’allais enfiler des tee-shirts + pulls + veste + manteau. PAS DU TOUT! Je n’aime pas la technique de l’oignon car une fois au métro, il faut enlever ses 36 couches de vêtements. Je suis plutôt fan de la technique du manteau très chaud qui te protège vraiment bien. 
Puis le conseil que je donnerai à tout le monde, c’est de faire des activités d’hiver! Nous avons été en week-end au chalet dans les Laurentides, faire  du ski, des raquettes, du patin à glace sur les lacs gelés de Montréal, de la pêche sous la glace. On a aussi été plusieurs fois voir des matchs de hockey des canadiens, un grosse révélation pour moi le hockey d’ailleurs! Bref, on n’a pas arrêté! Tu peux aussi lire mon article sur notre journée exceptionnelle à Québec où nous avions visité l’hôtel de glace, fait du traîneau à chien et des glissades sur tubes 😉  Bref, occupe-toi, bouge, sors t’amuser même s’il fait -25°C dehors! Promis tu ne le regretteras pas (même si tes narines gèlent et que le vent est si fort que t’as l’impression que ton visage brûle!) 

Est-ce qu’on s’est fait des amis facilement? 

Franchement je dis oui! En comparaison à Paris où nous sommes arrivés pour le travail et où nous avons vraiment galéré à avoir un cercle d’amis, même au bout de 2 ans là-bas, on se sentait assez seuls. 
Ici à Montréal, on est d’accord que la majorité de nos amis sont français car nous avons tous cette histoire de l’expatriation en commun. Mais il n’empêche que je m’entends très bien avec mes collègues québécois, nous faisons des sorties ensemble. Puis nos voisins québécois sont adorables et sont toujours là pour nous aider. Je dirai que si tu veux t’intégrer avec les québécois, il faut arrêter de parler 50 fois des différences entre la France et le Québec. [On s’en calisse!] Tu vis au Québec, adapte toi, c’est aussi simple que ça ☺ Bien sur qu’il arrive souvent de parler de nos différences dans des discussions, mais par pitié, arrêtons (nous les français) de râler et de nous plaindre de ce pays qui nous a gentiment accueilli avec un visa de 2 ans 😉 

Mais avons nous profité de la lettre V du PVT? 

Bien que nous avons chacun un travail prenant qui nous passionne (et que je n’ai aucun week-end et aucun jour de repos en commun avec mon chum), nous avons aussi eu du temps libre pour profiter de temps en temps ☺ Ces moments sont si rares qu’on est encore plus heureux quand ils sont là! Lors de notre arrivée en PVT, nous avions fait un roadtrip à Québec et en Mauricie où nous avons vu un ours. Pendant l’hiver, nous avons aussi visité Ottawa et dormi dans une ancienne prison hantée là-bas! Nous sommes aussi allés plusieurs fois au Parc Oméga. En mai, nous sommes partis à New York avec des amis en visite de France, c’était génial! En juillet dernier, je suis retournée à Toronto pour faire la plus haute promenade mains libres du Monde sur la CN Tower ☺ On a fait au mieux pour profiter à fond de cette première année! 

Vivre l’expatriation en couple? C’est comment?  

Je n’ai pas pour habitude de parler de ma vie amoureuse, mais je trouve que c’est intéressant de parler du couple dans une aventure aussi importante que celle de l’expatriation. Ça va bientôt faire 4 ans que je suis avec mon copain et 3 ans déjà que nous vivons ensemble. Bien sûr partir à l’étranger était quand même autant effrayant pour lui que pour moi, et également pour notre couple. Il arrive que les couples formés en France se séparent une fois arrivés au Canada car ça fait trop de changements, trop de choses à gérer, trop de nouveautés qui attirent et qui donnent envie de tout plaquer pour faire autre chose. En ce qui nous concerne, cette expérience n’a fait que consolider nos liens qui étaient déjà forts ☺ Nous avons trouvé un très bon équilibre bien que nos horaires de travail décalées nous empêchent de faire des activités ensemble. 
Le 20 juillet 2018, nous nous sommes même pacsés au Consulat général de France de Montréal! Comme ça, quand nous rentrerons en France en septembre 2019, nous pourrons déjà nous déclarer comme “pacsés” ☺ 

Est-ce que la France me manque? 

Je vais être franche avec vous : pas du tout! Je me suis parfaitement adaptée à la vie à Montréal. C’est sûr que notre alimentation a changé, nous mangeons moins de fromage, nous n’avons pas nos produits traditionnels français, mais on s’en fiche! On a pu découvrir pleins de nouveaux produits ici, et je pense sincèrement que certains produits des supermarchés canadiens vont nous manquer à notre retour en France. Le truc le plus dérangeant, c’est de savoir qu’il y a des fêtes de famille, des mariages de tes amis, mais que tu ne seras pas présente.

Et pour cette deuxième année, quels sont nos projets? 

Si tu lis ma bucket list du PVT à Montréal, tu peux voir qu’il nous manque encore pas mal de choses à faire! 
Pour cette deuxième année, nous avons beaucoup de choses en préparation! Mes meilleures amies françaises arrivent à la fin de la semaine. Nous allons donc partir tous ensemble à Tadoussac pour espérer rencontrer les majestueuses baleines. Puis notre séjour nous mènera aussi au Parc National de la Jacques Cartier.
Nous aimerions aussi visiter Boston qui a l’air d’être une magnifique ville à seulement 5 heures de Montréal. Durant l’hiver, je prévois sûrement un petit week-end en chalet pour mon anniversaire (le 18 janvier pensez-y! ;-)) J’espère aussi avoir la visite de ma mère durant l’été prochain, j’aimerai aller découvrir la Gaspésie avec elle, ça serait tellement magique! 
Et enfin, le plus gros projet que nous ayons, c’est celui du grand voyage à l’ouest que nous préparons déjà. Au programme : aller à Seattle et Aberdeen pour retourner sur les traces de Nirvana et Kurt Cobain (dont je suis fan), puis aller à Vancouver, et visiter les rocheuses canadiennes en van aménagé ☺ Un beau programme pour cette deuxième année! 
Puis surtout, profiter de nos amis ici, des festivals à Montréal, de cette chance que nous avons chaque jour de pouvoir vivre ici au Québec ☺ 

Est-ce qu’on pense à la résidence permanente? 

Dès notre arrivée, nous savions que nous venions ici pour 2 ans seulement. Bien sûr, nous sommes tombés en amour avec Montréal, et on se verrait très bien vivre ici pendant un bout de temps, mais il y a tellement d’autres projets qui nous font envie en Europe ☺ Nous prenons ces 2 ans comme un expérience au Québec, et après ça nous quitterons le pays pour retourner quelques temps en France ou en Europe. Je ne vous cache pas que l’idée de quitter Montréal est très douloureuse pour nous, mais je suis certaine qu’on trouvera d’autres challenges et d’autres endroits merveilleux où vivre ☺ 

 

Si tu as d’autres questions concernant l’expatriation et le PVT, n’hésite pas à me contacter sur Facebook ou Instagram ☺ Je serai ravie de te répondre! 

 

 

 

Pauline pour Soif de Voyages

Total
43
Shares
3 commentaires
    1. Ha super 🙂 L’est ou l’ouest?! Grand dilemme! Je ne suis pas encore allée à Vancouver, mais je sais que les loyers sont extrêmement chers là-bas. Si j’étais mère, je choisirai sûrement Montréal 🙂

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :